Ecrire à 4 mains

Publié le par Plum

On nous demande souvent: comment avez-vous pu écrire votre roman à quatre mains?

Tout s'est déroulé quasiment à notre insu! Au départ, deux amies intéressées par la Tapisserie de Bayeux projettent de conjuguer leurs talents et leur goût des mots. L'une fera parler les hommes, et l'autre les femmes, ou plutôt, l'une écrira le cahier du jeune dessinateur de la Tapisserie, et celui du moine responsable du scriptorium, tandis que l'autre papotera avec brodeurs et brodeuses de l'ouvroir, en tenant le cahier de Mary, l'une des brodeuses.

C'était sans compter sur la personnalité des personnages, car ils ont tenu la première place, et ont bousculé notre organisation trop rationnelle. Devenus de plus en plus vivants, ils nous ont habitées, et très vite, Marie France Leclainche et moi-même (Plum, alias Denise Morel), nousavons pu nous rendre compte que nos écritures pourtant assez différentes, s'effaçaient devant la polyphonie des personnages mis en scène.

Ce fut une expérience d'écriture, de composition, de relecture, de corrections, d'ajustement de notre pensée, très féconde, car deux auteurs, c'est... beaucoup plus exigeant qu'un seul. Certes, il s'agit de mettre de côté toute susceptibilité, de se brancher sur la vie du roman, de penser aux futurs lecteurs, et de garder le cap. Tout cela, croyez-moi, décuple le plaisir d'écrire, et confère à la langue une richesse insoupçonnée. Je vous l'accorde, "insoupçonnée" n'est pas le mot qui convient, car lorsque le virus de l'écriture vous tient, il autorise toutes les fantaisies, et mieux vaut broder un texte de fils multicolores que d'endormir le lecteur (et nous avec), par un ton monocorde...

Un autre jour, je vous parlerai peut-être des différents niveaux de langue que nous avons utilisés dans ce roman, ainsi que du vocabulaire médiéval, authentiquement avéré. Il est possible, si cela vous intéresse, que nous vous dressions une petite liste de ces mots utilisés dans le Haut Moyen Age, car nous avons constitué un lexique.

Commenter cet article

André de la Ferté 10/03/2007 10:52

Bonjour Mesdames Le Clainche et Morel,
Je passe en revue tous vos articles précédents, et notamment, celui sur l'écriture à quatre mains, fort instructif. Cela, pour vous dire que j'ai commandé "les Brodeuses de l'Histoire" sur le site Fnac, et que loin de passer vite devant la Tapisserie, je savoure cette écriture vivante et travaillée, et je vous envie. J'ai raté ma vocation, le droit a désseché mon imagination, j'étais juriste et plus précisément, fiscaliste. Je recommande votre livre, il nous apprend tant de choses du quotidien de ces personnages qui ne semblent pas très éloignés de nous malgré les siècles. Voilà, je suis un peu long, mais je vous promets de ne pas encombrer votre blog par mes commentaires.
Bien cordialement.
André de la Ferté

hélÚne 21/08/2006 17:25

Cela  répond  à ma question.
Je vous imagine complémentaires dans votre différence avec, évidemment, de grands fils rouges (ou bleus, or....) en commun