fil d'Ariane

Publié le par Plum

Voici le passage du roman où une des brodeuses, Mary, laisse courirses pensées sur le fil de la vie , tout en tirant son aiguille:

"Hier, à la vesprée, il a même imaginé que ma chronique narrant l’histoire de cette broderie serait peut-être retrouvée, mangée par les vers, dans cent ou deux cents ans, quand plus personne ne saurait comment on peut broder si longue toile ! Cela m’a bien fait rire, qui sait si le temps lui donnera raison ?

Coulent les jours, passe le temps. Le printemps s’installe alentour, nous donnant courage. Comme oiseaux faisant leur nid de brindilles entrelacées, nous tressons nos laines. Telle Arachné, nous brodons, non pas tapisserie consacrée aux amours des dieux pour des mortelles, mais combats pour le pouvoir. Et mon esprit s’évade sur des histoires de fil et de toile d’araignée.

Est-ce le fil de la vie que nous tenons entre nos mains? Je ne suis pas Ariane, je coupe sans cesse la laine. Thésée, je ne t’aurais été d’aucun secours, et le Minotaure, dans son  labyrinthe aurait continué de manger chaque année jeunes gars et belles pucelles. Nous ne sommes que modestes araignées, courant ci et là sur notre toile. Mais nul piège dans nos dessins, aucun ennemi à prendre dans nos rets. Et que dire de tous ces nœuds que nous faisons à chaque aiguillée? Nœuds bénéfiques, tel celui d’Isis, symbole de vie et d’immortalité, ou maléfiques, comme ceux des sorciers?"

Publié dans BRODERIE

Commenter cet article