Broder un baiser

Publié le par Plum

Toya, une des brodeuses, a perdu à Hastings, son "amant" dont elle attend un enfant. La "complainte de l'amante" est une élégie qu'elle écrit lorsqu'elle découvre sur la Toile le dessin de son amant occis lors de la bataille d'Hastings: Toya s'est mise à caresser de son aiguille un des guerriers de la bataille, en bas, au milieu du champ de cadavres. Je ne sais pourquoi celui-là plutôt qu'un autre. Il est couché sur le dos, surpris par la mort, dans la pose tranquille d'un dormeur, la hache et le bouclier posés à ses côtés. Un soir je suis restée près d'elle, et lui ai demandé de me raconter son chant...

Depuis longtemps je redoutais ce jour  /  Celui ou sur la Telle tu reposerais, mon amour. / Soeurs de patience, point après point, / Dieu nous est témoin /Pieusement nous narrons votre combat, / Avant que la  mort, si nombreux vous emportât.

Tu es là sur la Telle, comme endormi / Dans une pose alanguie, genou fléchi / A ta main la hache encor / Comment croire que tu es mort ?

A la place du coeur, là ou tu fus blessé / Quelques gouttes de mon sang sur la Telle ai versées.

Dans chaque brin de laine, un cheveu ai tressé / Amour, un peu de moi t'accompagne dans l'éternité.

 

 J'aurais voulu pour toi broder le soleil  / Pour qu'il t'accompagne dans ton dernier sommeil

J'aurais voulu pour toi broder le chant d'un oiseau / Pour couvrir le hennissement des chevaux

J'aurais voulu pour toi broder une caresse / Pour que plus jamais rien ne te blesse,

J'aurais voulu pour toi broder un baiser / Dont le goût sur tes lèvres à jamais tu aurais gardéJ'J'aurais voulu pour toi broder un baiser / dont le goût sur tes lèvres à jamais tu aurais gardé.

 

 

 

Publié dans BRODERIE

Commenter cet article