les arbres entrelacés de la Tapisserie

Publié le par Plum

Nous sommes encore en août, profitant d'une nature éveillée, dynamisante, véritable oeuvre d'artiste en ses couleurs annonçant l'automne, mais lumineuses quand se montre le soleil. Avez-vous eu l'occasion d'admirer les arbres qui ponctuent les scènes de la Tapisserie de Bayeux?

Ce sont des oeuvres d'art, avec leurs branches formées d'entrelacs et leurs troncs différents les uns des autres. En voici un, dont la ville de Bayeux jalonne le chemin qui conduit au Musée de la Tapisserie, ainsi qu'un extrait du roman où l'arbre est à l'honneur:

-  La future mère de Guillaume a donc rêvé qu’un arbre immense sortait de son corps, et grandissait jusqu’au ciel. Son feuillage florissant projetait sur la Normandie et jusqu’en Angleterre son ombre bienfaisante. Comprenne qui pourra, mais un tel rêve nous parle du rôle protecteur de l’arbre, et pas seulement de Guillaume sortant du ventre de sa mère! Yggdrasil est aussi un arbre bénéfique. / Oui, c’est ce qu’on nomme l’Arbre du monde. Mais au Danemark, le frêne Yggdrasil est le siège privilégié des Nornes, qui gardent le destin des hommes. Chez nous, on dit même que Yggdrasil abrite l’âme des morts et des enfants non-nés. C’est là qu’est mon bébé. / Oui, Toya,  d’ailleurs les psaumes parlent de l’Arbre de vie, des feuilles qui guérissent et des oiseaux qui chantent la gloire du Très-Haut. / Angéla, jusque là très attentive, donne la version qu’elle connaît : Dans plusieurs régions d’Angleterre, la femme en désir d’enfant va embrasser un frêne, et la sage-femme va secouer l’arbre à enfants avant de ramener l’enfançon à ses parents. / Angéla, vous connaissez donc tout cela? Moi qui ai toujours eu honte de croire à ces choses… Mes parents disaient que chez les anciens Scandinaves, on ne pouvait pénétrer dans certains bois sacrés qu’en rampant, avec une ceinture liée à la taille."

Commenter cet article

dejalouguette 24/08/2006 16:45

Après quelques jours d'absence , j'apprécie de relire des extraits de votre livre et cela me donne envie de les retrouver dans leur contexte...
Oui l'arbre est chargé de symboles et particulièrement dans nos rêves.
Ce passage me rappelle aussi "Booz endormi " de Victor Hugo :
"Et ce songe était tel,que Booz vit un chêne
Qui,sorti de son ventre,allait jusqu'au ciel bleu ;
Une race y montait comme une longue chaîne;
Un roi chantait en bas,en haut mourait un dieu .

Plum 24/08/2006 20:13

Merci d'avoir commenté cet article sur les arbres de la Tapisserie de Bayeux, d'autant que j'avais oublié ce beau poème de Victor Hugo, et le passage cité donne bien le ton du rêve. Dans l'article sur l'arbre, j'évoque rapidement ce rêve d'Arlette, la mère de Guillaume le Conquérant, c'est, semble-t-il,  un rêve prémonitoire qui est fort bien narré dans les chroniques de l'époque.

thérÚse 24/08/2006 13:36

J'ai suivi vos conseils, j'ai acheté"Les brodeuses de l'histoire", et m'y suis plongée avec délice.  Me rendant en Normandie pour une réunion de famille, j'en ai  profité pour faire un détour jusqu'à Bayeux : le moins que l'on puisse dire, c'est que je n'étais pas seule à avoir eu cette idée! Quelle foule dans le musée, avec pour conséquence une visite au rythme imposé de l'audiphone qui ne laissait aucune place à la flânerie devant la Toile: bien dommage . J'y retournerai en des temps de moindre flot touristique ( novembre? février ?) pour me régaler en toute tranquilité . Cette oeuvre venue du passé a été pour moi un choc émotionnel, et je vais être encore plus proche des"petites mains" que je vais retrouver dans la suite du roman . Courez au musée de la Tapisserie dès que vous aurez refermé le livre : les mots de Toustain, Angéla, Mary... resteront longtemps encore en votre mémoire .

Plum 24/08/2006 20:17

Je vois que vous m'avez fait confiance, et je suis heureuse que ce roman vous intéresse. Vous avez tout-à-fait raison, quand on a lu "les Brodeuses de l'Histoire" et qu'on va voir la Tapisserie, celle-ci s'anime des voix du dessinateur, Tosutain, des brodeuses, de Guillaume et d'Harold, et tout prend encore plus de vie. Il me semble que si un réalisateur et un producteur tiraient un film à partir du roman, cet aspect vivant de la Tapisserie et de la vie au XIème siècle serait encore plus fort pour les spectateurs. Alors, si vous en connaissez... faites-moi signe!