atelier de broderie au XIème siècle

Publié le par Plum

Cet extrait des "Brodeuses de l'Histoire" vous donnera un aperçu de l'ouvroir où, en Grande Bretagne, fut brodée la Tapisserie de Bayeux:

Nous nous trouvons bientôt dans une très vaste pièce dont les longues tables s’alignent contre un mur. Au centre, quatre grands métiers à broder sont installés horizontalement. Sur le premier est déjà tendue une bande de lin d’à peine deux pieds de large, sur quatre aunes de long. Une des extrémités est roulée pour qu’elle ne traîne pas sur le sol. On devine une longueur égale à celle déjà tendue.

Trois femmes s’enhardissent jusqu’au métier, effleurent des doigts la toile bise. Sur toute la longueur figurent déjà des dessins reportés à l’encre. Des bûcherons abattent des arbres, un charpentier assis à califourchon sur un tronc sans écorce, le débite avec un hachereau à large tranchant. Toute une flotte de vaisseaux est prête au départ, des hommes, jambes nues, car ils ont ôté leurs chausses, tirent les bateaux à l’eau. En haut et en bas, des petits personnages, des dragons, des oiseaux, forment des frises encadrant les grands motifs centraux. Devant la toile, nous demeurons embarrassées, ce travail ressemble si peu aux  broderies liturgiques, aux  étoles ecclésiastiques et aux atours de nobles dames que nous décorons habituellement.

Sur les lourdes tables en bois, de grandes corbeilles d’osier débordent d’écheveaux de laines fines, très torsadées. Genêt, pastel, guède et garance habilement utilisés donnent des teintes éclatantes ou dégradées. Quel régal  pour les yeux ce sera de les voir couchées sur cette toile bise! C’est avec un soulagement certain que Dom Ralph voit des sourires s’esquisser, des regards s’allumer de plaisir, et de timides gestes d’approche. Il est clair que nous ne pouvons refuser ce travail pour lequel chacune de nous a été requise, et qui nous sera bien payé, mais il préfère sans doute que nous entamions ce parcours, sinon avec enthousiasme, du moins avec un certain assentiment. A l’issue de cette visite, il se voit conforté dans l’idée que c’est là chose faite. D’un généreux sourire, il nous salue en ces termes: « Mesdames, mes sœurs, demain, dès que le jour poindra, dirigez-vous vers cet ouvroir dont Mère Béatrice accepte d’ouvrir les portes, pour que nous puissions ensemble mener à bien cette commande sur l’Histoire. Vous y passerez de longues heures, et je compte bientôt le voir s’animer. Nous n’avons pas encore dessiné tous les motifs, mais l’ensemble de la broderie a déjà été réfléchi en petite assemblée, afin de raconter sur la toile une belle et longue geste, celle de trois grands rois d’Angleterre : Edouard, Harold et Guillaume. [...] Vous avez toutes été choisies pour votre habileté, mais aussi pour votre grande moralité, et vous devez, devant Dieu, vous montrer dignes de notre confiance. »

Publié dans tapisseriebayeux

Commenter cet article