Saint Valentin au Moyen-Age

Publié le par Plum

Amour de Dieu, amour des hommes, amour courtois, fin'amor, lien d'amour, "religere", l'amour relie...

Elle s’écarte peut-être de la tradition amoureuse de Saint-Valentin, pourtant la tradition chevaleresque médiévale conçoit l’amour ultime comme un amour pour lequel on soupire mais qui, souvent, n’est pas payé de retour...

"Ni vous sans moi, ni moi sans vous" Le lai du Chèvrefeuille, écrit par Marie de France a immortalisé cette déclaration faisant de l'amour un absolu.

De nombreux poètes de l’époque médiévale ont composé des chants d’amour pour louer l’être cher et remercier saint Valentin, patron de l’amour et du mariage. Christine de Pisan et Charles d’Orléans, deux grandes figures de la littérature courtoise, chantent, chacun à leur manière, la douleur, la solitude et la douceur d’aimer. Christine de Pisan chante cette ballade à l'amour:

"Plaisante et belle,

Où se repose                  

Mon coeur, vous

En qui enclose

Est toute et close

Bonté et grâce

Prenez-moi en grâce

Ha! tourterelle

Douce et reclose,

A vous seule j'en appelle,

A qui je m'espose,

Et si dire j'ose

Que je vous aime,

Prenez-moi en grâce.

Sans que s'oppose

Votre coeur à la chose

Que je désire,

Prenez-moi en grâce."

Il en est d'autres, plus anciennes, celle que Mary, une des brodeuses de la Tapisserie de Bayeux, chante, elle aussi:

  Pourquoi la main de Graig dans la mienne m’a-t-elle été si douce ? Au moment où le rêve semble devenir bonheur proche, je ne sais si je dois, si je peux, si j’oserai… Graig s’est offert à être mon chevalier, et à me faire escorte dans la nuit où tant de dangers guettent les pucelles. En chemin, mon cœur battait, mes jambes tremblaient, mon corps me trahissait. Etait-ce là trop de danse en un seul jour, ou vertige de l’amour ?

  Quand j’ai revu Graig le lendemain matin après une bonne nuit de sommeil, et des songes délicieux, il m’a semblé que lui aussi… Je crois que l’amour s’est posé en mon cœur. Comment pourrai-je savoir s’il est partagé ? 

Soleil dans le ciel, soleil en mon cœur,
Chaque instant m'est comme bonheur.
J'avais oublié combien l'air peut être léger,

Quand le chagrin se laisse caresser.

 

 

 

Commenter cet article

nana 03/02/2009 18:34

sé nul !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! il eé nul votr blog!!!!

Laurelyne 18/02/2007 19:46

Serge Ferla 13/02/2007 19:23

Vos poèmes, gravures, commentaires et extrait des brodeuses pour la Saint Valentin composent un trés joli  tableau et rendent un bel hommage à l'amour.